Passeport : Exemples de réussite

Assan

Originaire du Kurdistan, Assan vivait avec sa mère dans un camp de réfugiés de la Turquie quand, en 2000, un groupe religieux a entrepris de faciliter leur venue au Canada. Ainsi, à l’âge de 7 ans, Assan est arrivé ici avec sa mère pour entamer une nouvelle vie dans un pays dont il ne connaissait ni la langue, ni la culture. Assan a d’abord vécu plusieurs années à Winchester, puis à Cornwall, pour ensuite s’installer dans un quartier à logements sociaux de l’ouest d’Ottawa. Alors qu’il était en 8e année, sa mère l’a inscrit au programme Passeport. Dès ses débuts au programme, l’année suivante, Assan s’est démarqué comme un étudiant passionné à l’attitude positive. Il a profité de tous les appuis offerts par Passeport, y compris l’aide aux devoirs et le mentorat, s’imposant rapidement comme leader au sein du programme, de son école et même de sa communauté. En compagnie de ses pairs, Assan a pris part au Programme de leadership et d’édification de la paix pour les jeunes de Passeport, acquérant ainsi des compétences en résolution de conflits et en communications interculturelles. En 10e année, il a été nommé trésorier et vice-président de son association communautaire locale et, durant sa dernière année au secondaire, il a participé au programme Link Crew de son école, jouant un rôle de mentor et de soutien auprès de nouveaux élèves de 9e année. Lors de l’obtention de son diplôme, en 2012, Assan a reçu le Prix de reconnaissance du conseil scolaire d’Ottawa-Carleton. Aujourd’hui inscrit en initiation aux techniques policières au Collège Algonquin, Assan continue de s’engager activement dans diverses causes sociales. En outre, il a introduit le parkour, un nouveau sport, au collège et agit désormais à titre de président du tout premier club de parkour de l’établissement. Assan se consacre aussi à la consolidation du réseau des anciens du programme Passeport d’Ottawa, pour permettre à ceux et celles qui poursuivent des études postsecondaires de rester en contact. Une fois ses études terminées, Assan souhaite travailler en droits de la personne.

Rahel

Rahel est actuellement inscrite en deuxième année d’immersion française à l’Université d’Ottawa, où elle étudie la résolution de conflit et les droits de la personne, tout en poursuivant une mineure en criminologie.

Quand on lui demande quels aspects du programme Passeport lui ont été le plus utiles, Rahel répond : « L’aide aux devoirs, car elle fournit un espace propice aux études, ainsi que l’appui de tuteurs efficaces qui m’ont permis de réussir mes cours de math et de science. Aussi, les activités sur les carrières m’ont permis de me familiariser avec diverses avenues et possibilités d’emplois postsecondaires. Passeport est une initiative formidable. Je m’estime heureuse d’avoir côtoyé toutes les personnes qui ont fait du programme ce qu’il est devenu aujourd’hui. »

En parallèle à ses études, Rahel travaille à la librairie Chapters et agit comme mentor à l’Université d’Ottawa, où elle est également membre du comité de simulation des Nations Unies.

Une fois son baccalauréat terminé, elle souhaite poursuivre des études en droit. Elle désire aussi « continuer à contribuer de toutes les façons possibles au programme Passeport pour ma réussite ».

Hussein

Hussein est arrivé au Canada en septembre 2010, à l’âge de 17 ans. Il rêvait alors de terminer ses études secondaires pour ensuite faire carrière en dentisterie ou en sciences médicales. Surtout, il espérait faire venir ses parents au Canada pour qu’ils puissent tous ensemble y bâtir « une bonne vie ». À son arrivée, Hussein parlait un anglais approximatif et pouvait compter sur très peu d’appuis. Malgré tout, il a réussi à s’inscrire à l’école et se joindre au programme Passeport, franchissant ainsi les premières étapes pour la réalisation de son rêve. Il était déterminé à effectuer le rattrapage nécessaire pour réussir ses cours et, avec cet objectif en tête, il s’est présenté au service d’aide aux devoirs deux à trois fois par semaine. Cela lui a permis de développer un bon rapport avec Eric, un physicien à la retraite qui effectue du bénévolat pour Passeport depuis 2008. Sans conteste un des tuteurs les plus dévoués, Eric est un homme doux et attentionné qui prend le temps nécessaire pour que ses élèves maîtrisent bien les concepts enseignés. En plus de faire du bénévolat au moins une fois par semaine, Eric vient appuyer l’aide aux devoirs dès qu’il a un moment de libre. Eric est beaucoup plus qu’un tuteur; pour plusieurs élèves, il tient le rôle de mentor et même de père. Forts de la relation solide qu’ils ont développée, Hussein et Eric sont devenus, au cours des deux dernières années, une présence rassurante dans le local de l’aide aux devoirs, consacrant jusqu’à 10 heures par semaine à la résolution de problèmes de mathématiques et de science.

En plus de ses études et de sa participation au programme Passeport, Hussein occupe un emploi à temps partiel au centre commercial local, où il a remporté le prix du meilleur vendeur. Il agit également à titre de bénévole auprès de nombreuses organisations, notamment en recueillant des fonds pour des enfants handicapés du Brésil et du Honduras. Depuis son arrivée au Canada, Hussein a dû déménager plusieurs fois; il a vécu tour à tour avec des membres de sa famille élargie et dans un refuge.

Aujourd’hui, Hussein amorce sa dernière année du secondaire. Il habite son propre appartement, a fait des progrès considérables en anglais et, grâce à sa persévérance et à l’appui d’un tuteur dévoué, il obtient de bonnes notes. Hussein compte fréquenter une université d’Ottawa pour enfin réaliser son rêve d’étudier en dentisterie ou en sciences de la santé. Si tout cela n’était pas suffisant, Hussein travaille actuellement à fonder un organisme de bienfaisance pour recueillir des dons d’articles au profit des populations de la Somalie. En septembre, le conseil d’administration et le personnel du CSCPQ ont tenu à souligner les efforts d’Hussein en lui décernant leur premier prix Jeunesse. Commentant ses réalisations jusqu’à maintenant, Hussein a déclaré : « Je gravis les échelons un à la fois. Autrement dit, aujourd’hui est le jour le plus fier de ma vie, et demain sera le plus fier, et le jour suivant me rendra encore plus fier. J’ai appris que chaque jour apporte ses leçons et que notre vie est une source infinie d’apprentissage. »

Apiew and Achan

Apiew et Achan font partie d’une famille de sept enfants. Elles ont immigré au Canada à l’âge de 10 ans, avec leur mère et le reste de leur famille. La transition du Soudan vers le Canada n’a pas été facile, et ces jeunes filles ont souvent dû faire appel à leur conseiller-ressource parents/élèves et à d’autres membres du personnel de Passeport pour les aider à surmonter les obstacles. Toutes deux très résilientes, Apiew et Achan se sont rapidement impliquées au sein de leur communauté, contribuant de façon positive au programme Passeport ainsi qu’au quartier qu’elles habitent.

D’aussi loin qu’elle se souvient, Apiew a fait partie du Club garçons et filles d’Ottawa. À la fois militante, travailleuse sociale et artiste, Apiew a récemment été nommée pour le prix Leading Women de l’ouest d’Ottawa. Dernièrement, elle a également reçu le Prix du Duc d’Édimbourg et est arrivée deuxième pour le Spirit of the Capital Award, dans la catégorie Arts et culture. Étudiante en art au Collège Sheridan, elle produit des œuvres sur le thème de la justice sociale. D’ailleurs, il ne serait pas surprenant de voir ses œuvres un jour exposées au Musée des beaux-arts!

Sa sœur Achan remporte tout autant de succès. Véritable chef de file dans sa communauté, Achan a défendu de nombreuses initiatives pour faire entendre la voix des jeunes défavorisés. Membre du conseil provincial de la jeunesse, ainsi que de l’organisation Child and Youth Friendly Ottawa (CAYFO), elle travaille comme agente pour la jeunesse au Club garçons et filles. Outre ses actions au sein d’organismes communautaires, elle a fondé le York Street Ultimate, un camp pour les jeunes défavorisés qui se tient une fois l’an, durant la relâche scolaire de mars. Achan a également organisé et animé le sommet For Youth by Youth (FYBY) de son école, pour explorer les façons de développer des relations saines à l’intérieur des communautés et de provoquer le changement. Elle a récemment été nommée parmi les dix philanthropes les plus influents et a remporté le prix Garfield Weston. Dernièrement, le député provincial Bob Chiarelli lui a également remis le prix Leading Women Building Communities pour l’ouest d’Ottawa. Achan étudie actuellement le travail et le service social au Collège St-Lawrence.